Aller au contenu

Prévenir les complications

En tant que patient dialysé, vous devez impérativement suivre votre dialyse de façon régulière, car votre traitement est vital.

Vous devez donc rester en forme et prendre soin de votre cathéter ou de la fistule/du greffon, pour permettre à votre traitement de dialyse de durer longtemps. Les mesures d'hygiène aident à prévenir les infections et les complications, et sont donc essentielles au quotidien.

L'observance du traitement médicamenteux est elle aussi cruciale, même lorsque vous vous sentez bien, car elle permet d'éviter les complications. Enfin, veillez à signaler les éventuels effets secondaires à votre médecin.

Hygiène corporelle

La peau est la barrière naturelle de l'organisme contre les micro-organismes. Or, la pose d'un cathéter ou d'un greffon artério-veineux, la création d'une fistule artério-veineuse altèrent cette barrière.  Chez les patients porteurs d'un cathéter (de dialyse péritonéale ou d'hémodialyse), la peau est lésée lors de l'insertion, mais également par la suite, en cas de manipulation inappropriée au moment de la connexion/déconnexion. Par conséquent, la formation à la dialyse à domicile accorde une grande importance aux conditions d'hygiène/asepsie.

L'asepsie désigne toutes les mesures destinées à réduire la quantité de micro-organismes infectieux.

Lavage et désinfection des mains

Il existe deux techniques pour l'hygiène des mains : le lavage au savon et à l'eau et la friction avec une solution à base d'alcool. Vous devez systématiquement choisir l'une ou l'autre avant chaque opération en rapport avec votre traitement, notamment :

  • Avant la préparation du traitement,
  • Avant de mettre en place le générateur de dialyse,
  • Avant la pose du cathéter.

Environnement domestique

En plus d'un endroit où stocker tout le matériel nécessaire à la dialyse péritonéale (pour les solutions et les consommables, par exemple), vous devrez également disposer d'une pièce dédiée à la dialyse. En général, les fournitures occupent l'équivalent d'un placard. Le personnel clinique vous expliquera comment organiser l'espace où sera stocké votre matériel, qui devra être doté de fenêtres et de portes avec verrou.

Voici les principales mesures d'hygiène de base à appliquer pendant la dialyse :

  • Procéder à une désinfection hygiénique des mains,
  • Après chaque traitement, nettoyer tous les équipements, générateurs et surfaces à proximité du patient avec un désinfectant,
  • Veiller à l'absence d'animaux domestiques dans la pièce pendant la dialyse,
  • Demander aux autres personnes présentes dans la pièce de respecter les mêmes mesures d'hygiène de base,
  • Veiller à ne pas être interrompu, en fermant les portes, par exemple.
     

Au cours d'une session de formation approfondie dispensée par votre équipe de dialyse, vous apprendrez à désinfecter comme il se doit les surfaces situées dans l'environnement immédiat du traitement, y compris le mobilier de la pièce où a lieu la dialyse.

Vaccins et prévention des infections

Le système immunitaire défaillant des patients atteints d'insuffisance rénale chronique les expose à un risque accru d'infections.

La vaccination peut vous protéger contre les maladies infectieuses graves, puisqu'elle stimule la réponse immunitaire de votre organisme en induisant la production d'anticorps spécifiques. Les vaccins sont nécessaires, car ils aident votre corps à repérer et à éliminer les organismes spécifiques si vous contractez la maladie infectieuse. Généralement, une seule dose suffit, mais certains vaccins exigent l'administration d'une dose supplémentaire, ou des rappels ponctuels, afin de produire une réponse immunitaire suffisante. La vaccination se traduit par la réduction du nombre de personnes malades et peut permettre de diminuer considérablement la propagation du virus ou de la bactérie.

Plusieurs vaccins sont recommandés au grand public, avec quelques recommandations supplémentaires destinées aux patients atteints d'insuffisance rénale chronique. Les vaccins contre la grippe, le pneumocoque, l'hépatite virale B et le tétanos/la diphtérie sont particulièrement importants.

Votre équipe soignante vous aidera à mettre à jour vos vaccinations et vous rappellera le calendrier, si vous le souhaitez. Si possible, emportez votre carnet de vaccination lorsque vous avez rendez-vous chez le médecin, car différents médecins peuvent vous administrer différents vaccins.

Cathéter de dialyse péritonéale (DP)

Comme avec n'importe quel traitement médical ou chirurgical, des problèmes liés à la dialyse péritonéale peuvent survenir, mais ces complications ne sont pas systématiques. Vous devez avoir connaissance de certains des éventuels problèmes en rapport avec la dialyse péritonéale qui risquent d'apparaître, afin de mieux les comprendre. Pendant la formation, votre équipe clinique vous expliquera en détail les mesures que vous devrez prendre si certains problèmes se produisent avant, pendant ou après votre traitement par dialyse péritonéale.

Si l'on vous a implanté un cathéter de dialyse, posez-vous tous les jours ces questions :

  • Le pansement est-il propre et sec ?
  • Les clamps et les bouchons sont-ils fermés ?

En présence de signes d'infection (rougeur, œdème, démangeaisons, sensibilité, douleurs et fièvre) ou si vous suspectez un début d'infection, contactez immédiatement votre équipe de dialyse.

Il est très important de désinfecter et de faire le pansement du point d'émergence du cathéter avant chaque séance de dialyse, conformément aux instructions de votre équipe. Respectez scrupuleusement les instructions de l'équipe lorsque vous connectez et déconnectez le cathéter de dialyse. Veillez aussi à protéger au maximum votre cathéter dans la vie de tous les jours (lorsque vous faites votre toilette ou les tâches ménagères, ou encore quand vous jardinez).

Trois types d'infection sont liés à la dialyse péritonéale :

  • Péritonite1 : infection de la cavité péritonéale,
  • Infection du point d'émergence du cathéter : infection cutanée autour du point d'émergence de votre cathéter de dialyse péritonéale,
  • Infection du tunnel de la partie sous-cutanée du cathéter2 : infection du trajet sous-cutané du cathéter.

Dans la plupart des cas, ces infections peuvent être soignées avec un traitement adapté, surtout si elles sont prises en charge à un stade précoce. Toutefois, certaines d'entre elles peuvent être très graves et exiger le retrait du cathéter, voire l'interruption du traitement par dialyse péritonéale. C'est pourquoi la détection précoce et le traitement de l'infection avec la posologie antibiotique adaptée sont indispensables. Votre formation porte essentiellement sur les modes de prévention et de détection de ces trois types d'infection.

L'objectif premier des mesures d'hygiène de la dialyse péritonéale est de prévenir la péritonite infectieuse, car celle-ci peut entraîner l'interruption du traitement3. La péritonite est souvent provoquée par la pénétration d'organismes dans la cavité abdominale. Pour la prévenir :

  • Faites tout particulièrement attention à l'hygiène,
  • Suivez les mesures d'hygiène enseignées par le personnel infirmier (comme porter un masque et vous laver régulièrement les mains),
  • Changez les poches selon les instructions.
     

Malgré toutes ces précautions, vous ne pouvez pas éliminer le risque de contracter une péritonite infectieuse. Contactez immédiatement votre centre de dialyse à la moindre suspicion d'infection.

Veillez systématiquement à respecter les mesures d'hygiène lorsque vous changez de pansement et de poche, notamment :

  • Désinfection de l'espace réservé aux soins,
  • Hygiène des mains appropriée au moment de la dialyse,
  • Port du masque,
  • Absence d'animaux domestiques dans la pièce où se déroule la dialyse péritonéale,
  • Changement régulier de pansement conformément aux instructions de votre équipe soignante,
  • Hygiène corporelle.
     

Aucun organisme ne doit pénétrer dans le port de la rallonge de votre cathéter. Par conséquent, vous ne devez en aucun cas toucher l'extrémité de la rallonge lorsque le bouchon protecteur est retiré.

Infection du point d'émergence du cathéter ou infection du tunnel

De nombreux signes montrent clairement que le point d'émergence du cathéter est infecté :

  • Rougeur,
  • Œdème,
  • Tension,
  • Douleurs,
  • Pus
     

sont les symptômes d'une infection au niveau du site du cathéter. Dès que vous constatez le moindre changement au niveau du point d'émergence du cathéter, contactez immédiatement votre centre de dialyse.

L'infection du tunnel se produit le long du tunnel sous-cutané du cathéter et s'accompagne souvent d'une infection au point d'émergence du cathéter. Œdème, rougeur, tension ou douleurs autour du tunnel du cathéter révèlent généralement une infection.

1. Epidemiology, management, and prevention of exit site infections in peritoneal dialysis patients.
Sachar M, Shah A.Ther Apher Dial. 2022 Apr;26(2):275-287. doi: 10.1111/1744-9987.13726. Epub 2021 Sep 7.PMID: 34435734 Review.

2. The risk of peritonitis after an exit site infection: a time-matched, case-control study.
Lloyd A, Tangri N, Shafer LA, Rigatto C, Perl J, Komenda P, Sood MM.Nephrol Dial Transplant. 2013 Jul;28(7):1915-21. doi: 10.1093/ndt/gft002.

3. Impact of early-onset peritonitis on mortality and technique survival in peritoneal dialysis patients.
Feng S, Wang Y, Qiu B, Wang Z, Jiang L, Zhan Z, Jiang S, Shen H.Springerplus. 2016 Sep 29;5(1):1676. doi: 10.1186/s40064-016-3369-9. eCollection 2016.

Accès vasculaire d'hémodialyse

L'hémodialyse, comme n'importe quel traitement médical ou chirurgical, peut entraîner des complications. Ces dernières peuvent découler de la procédure de dialyse ou de l'insuffisance rénale.

Certains patients n'ont pas de complications, mais si vous avez conscience que certains problèmes liés au traitement par dialyse péritonéale peuvent survenir, vous saurez potentiellement mieux les gérer.

Comment prévenir les complications associées à l'hémodialyse

Vous êtes le membre le plus important de l'équipe soignante et jouez, à ce titre, un rôle essentiel dans la prévention ou la résolution de problèmes susceptibles d'entraîner des complications à long terme, voire d'engager votre pronostic vital.

Pour prévenir les complications :

  • Adoptez les mesures nécessaires pour éviter l'infection, comme une bonne hygiène au site d'accès vasculaire et la désinfection de votre générateur dans le respect des consignes,
  • Évaluez systématiquement l'état de votre accès vasculaire afin de déceler d'éventuels signes d'infection ou d'autres problèmes,
  • Effectuez assidûment votre dialyse. Sauter des séances ou ne pas la réaliser selon votre prescription peut entraîner des complications,
  • Restez en contact avec votre médecin et le personnel infirmier. Honorez vos rendez-vous et appelez l'équipe soignante pour toute question ou en cas de complication.
     

Il existe trois types d'accès vasculaire pour l'hémodialyse :

  1. La fistule artério-veineuse.
  2. La prothèse artério-veineuse.
  3. Le cathéter veineux central.

La fistule artério-veineuse est généralement réalisée dans le cadre d'une intervention chirurgicale sur le bras non dominant.
La liaison entre l'artère et la veine garantit un débit sanguin plus élevé dans la veine.
De ce fait, la veine grossit, ce qui facilite la ponction. C'est l'accès privilégié en hémodialyse, car il réduit le taux de complications et offre de meilleurs résultats cliniques. Il faut compter six à huit semaines de maturation pour que la fistule puisse être ponctionnée.

Si la création d'une fistule artério-veineuse s'avère difficile, une autre solution consiste à créer artificiellement une greffe artério-veineuse, qui consiste à connecter l'artère et la veine au moyen d'un tube synthétique inséré sous la peau du bras. Par rapport à la fistule artério-veineuse, le greffon peut être piqué au bout de deux à trois semaines, mais avec cette technique, les complications liées à la coagulation ou aux infections peuvent être plus fréquentes. En revanche, les greffons peuvent durer plusieurs années s'ils sont correctement surveillés.

Le cathéter veineux central (CVC) est un tube en silicone placé dans un gros vaisseau sanguin, habituellement la veine jugulaire en bas du cou. Cette procédure invasive est généralement pratiquée sous anesthésie locale par un néphrologue. Le cathéter veineux central peut être utilisé de façon temporaire ou définitive.

Ponction impossible avec une fistule ou une greffe artério-veineuse

Si la ponction échoue, il se peut qu'un hématome apparaisse. Il s'agit de l'accumulation dans les tissus de sang, généralement coagulé. Du sang peut s'infiltrer dans les tissus environnants si l'aiguille n'a pas pu être piquée correctement, par exemple. Dans la mesure du possible, évitez d'introduire l'aiguille dans cette zone et n'y touchez pas pendant plusieurs jours, le temps que le problème disparaisse. N'oubliez pas de prévenir votre équipe si vous êtes dialysé(e) à domicile.

Si votre fistule ou votre greffon est rouge, enflé et/ou douloureux :

  • N'y insérez aucune aiguille !
  • Informez immédiatement votre équipe de dialyse.
  • Gardez le bras en l'air.
  • Rafraîchissez-le avec une compresse froide en veillant à ne pas provoquer de gelure.

Vous avez d'autres questions concernant votre préparation à la dialyse ?